Fongo Tongo 2010 Les grottes de lave des Bamboutos

Cette expédition d’exploration spéléologique fait suite à l’expédition de reconnaissance de 2009 à l’échelle de la région. Elle a permis de poursuivre l’inventaire des cavités de l’Ouest, et de montrer la grande richesse en grotte de la nouvelle commune de Fongo Tongo. Cette année, j’ai pu découvrir des traces d’occupation humaine passées dans ces grottes (pierres taillées, poterie, charbons de bois), ce qui confirme mon intuition initiale.

Des phénomènes géomorphologiques majeurs jamais décrits au Cameroun ont encore été découverts : La grotte de Mièlewou est par exemple un vaste porche sous une dalle basaltique de 70 m de large pour plus de 20 m de hauteur, couvrant un espace de 1000 m2.

A Batié, dans le département des Hauts Plateaux, j’ai poursuivi l’exploration de la grotte de Kaa. Elle a été explorée et topographiée sur 168 m, devenant la plus longue cavité de la région de l’Ouest, et la troisième du Cameroun.
Olivier Testa dans la grotte de Kaa

La grotte de Kaa se développe dans un chaos de granite créé à la faveur d’une faille de décompression. De nombreux passages dans la cavité sont étroits et nécessitent des reptations sous les mygales abondantes. La grotte comporte deux entrées qui communiquent par un cheminement souterrain.
Une rivière souterraine parcourt l’ensemble de la cavité, et il est par endroits nécessaire de se plonger dans l’eau pour poursuivre l’exploration.

A Fongo Tongo, commune déjà connue pour les grottes Ndemvoh, j’ai poursuivi les prospections dans des zones reculées, sur la base de carte géologiques et de vieilles cartes topographiques.

Huit grottes ont été repérées, soit dans des chaos granitiques, soit sous des dalles basaltiques.

Archéologie

Avec une archéologue Camerounaise, nous avons effectué fin août un sondage dans une des grottes de Fongo Tongo. Nous avons pu trouver un grand nombre de tessons de poterie, un éclat d’obsidienne taillé (rare au Cameroun), et des charbons de bois. Ce travail sera poursuivi dans les années à venir, avec des sondages systématiques dans les autres grottes.
La poterie découverte en 2009 a été sortie de la grotte Demkouo. J’ai pu observer quelques charbons de bois sur un niveau inférieur, dans cette même cavité.

Projets futurs
Le manque de moyens logistiques et financiers ne m’a pas permis de travailler de manière aussi efficace que ce que je l’aurais voulu. Néanmoins, le contact avec les chefs traditionnels Bamiléké s’est très bien passé, et ils ont facilité mes recherches, ce qui est encourageant.

Les grottes sacrées des Hautes Terres de l’Ouest Cameroun

Dans les Hautes Terres de l’Ouest Cameroun, les Bamiléké effectuent dans les grottes sacrées des cérémonies, des offrandes, des rites. En 2009, après avoir travaillé deux ans dans la région de Dschang, Olivier Testa part explorer ces grottes et recueillir ces témoignages dans cette zone de montagne majestueuse.

Participants : Olivier Testa et de nombreux camerounais
Date : Mai-juin 2009

Il s’agit d’une expédition de reconnaissance en pays Bamiléké, sur les Hautes Terres de l’Ouest Cameroun, territoire situé entre 1000 et 2700m.
21 grottes ou sites ont été repérés, 6 topographies ont été levées (pour un total de 885m) ainsi que 6 croquis.
Les recherches ont été menées dans les départements de la Menoua (Foto, Fongo Tongo, Fongo Ndeng), des Bamboutos (Bangang, Babadjou), de la Mifi (Baleng/Bafoussam), du Noun (Foumbot), des Hauts-plateaux (Baham, Batié) et du Ndé (Bangwa).

La méthode de travail consistait essentiellement à recueillir des informations verbales par approche directe et discussion avec des personnes-ressources. Les grottes de l’Ouest Cameroun sont a priori nombreuses (80 mentions de sites à ce jour), mais n’ont jamais été étudiées ou recensées. Notons que dans les langues traditionnelles locales, il n’existe pas de mot pour « grotte » et le mot « pierre » est utilisé.

C’est une région constituée essentiellement de basaltes et de granite/gneiss. Les cavités rencontrées peuvent se répartir en quatre catégories

  • celles formées par des empilements de boules de granite/gneiss (7).
  • celles qui se développent entre une dalle de basalte solidifiée et un paléosol (8).
  • celles qui se développent entre deux couches de basaltes (5).
  • celle creusée dans le granite (1)