Lastoursville 2016

Cette expédition, du 4 au 26 juillet 2016 poursuit le travail de 2015. Comme la précédente, elle s’est déroulée sous la direction de Richard Oslisly, géoarchéologue à l’Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon.

Dans la grotte de Pahon, Lastoursville, Gabon

L’expédition comportait plusieurs volets :
- Une prospection pour découvrir et explorer de nouvelles cavités.
- Une étude de la faune souterraine des principales cavités de la zone de Lastoursville.
- Un diagnostic détaillé de la grotte Boukama en vue de son aménagement et pour délimiter l’emprise du site à protéger.

Exploration de nouvelles cavités

Plusieurs nouvelles cavités ont été découvertes et explorées :
- La grotte Mounguéké présente un labyrinthe sur diaclase. Les galeries sont souvent relativement basses et étroites. L’exploration n’est pas terminée. A ce jour 1590 m de galeries ont été topographiés mais le développement reconnu approche les 2000 m et il reste plusieurs points d’interrogation majeurs. Cette cavité est à ce jour la 3ème la plus longue du Gabon.
- La grotte de Missié développe 810 m. Elle renferme surtout une immense salle abritant des dizaines de milliers de chauves-souris.
- La grotte Mibounzi, comprend un gouffre perte et une résurgence 70 m plus loin.
- La grotte Ndindinga, simple système perte-résurgence, développe 132 m.
- La grotte Ngongo n’est qu’un très vaste abri sous roche de 30 m de long sur 15 m de large par endroit.

Au final ce sont donc environ 2630 m de galeries qui ont été explorées et topographiées

Relevé topographique dans une galerie typique de la grotte Moungueke

L’inventaire de la faune souterraine

Outre la grotte Boukama, plusieurs cavités importantes, déjà connues et topographiées, ont été visitées lors de l’expédition pour des prélèvements de la faune souterraine : grotte de Ngongourouma (dév. : env. 2000 m), grotte de Pahon (dév. : 1153 m) et grotte de Lipopa (dév. : env. 1400 m).
L’étude bio a également été conduite dans deux grottes nouvellement explorées : Mounguéké et Missié.

Au-moins neuf espèces de chauves-souris ont été observées, dont la toute première observation de Rhinolophus adami en dehors du Congo (cette chauves-souris n’avait été observée que dans une seule grotte jusqu’à présent !).
Certaines espèces forment des populations particulièrement nombreuses (supérieures à 10 000 individus).

De nombreux vers, mollusques et arthropodes (crustacés, arachnides, myriapodes, insectes, collemboles) ont été prélevés en vue de leur détermination.
Toutes les observations sont consultables sur iNaturalist

Superbe blatte du genre Apotrogia

Lastoursville 2015

Encore une belle expédition. Voir le site dédié, avec photo, videos, et contenu éditorial de qualité rédigé par le journaliste Hugo Struna.

www.grottes-de-lastoursville.org

Abanda 2015

Troisième expédition dans les grottes à crocodiles orange du Gabon. Cette fois-ci, l’expédition était montée avec des chercheurs gabonais. Belle mission, belles découvertes, et envie d’y retourner. Premiers résultats de l’expédition ici (en francais) : Expédition spéléo Abanda 2015, premiers résultats, ou bien là, en anglais : Abanda 2015 scientific expedition : first results

Descente dans le gouffre aux crocodiles
Et un second gouffre à descendre
Prélèvement biologique sur une chauve-souris

Lastoursville 2013

Dans les années 70, Gérard Delorme, géologue pour la COMILOG, effectue des prospections spéléologiques et découvre les grottes de Lastoursville. Il publie ses résultats dans ce très bel article :

Recherches spéléo dans l’est du Gabon - Delorme
Sur les grottes de Lastoursville - Spelunca

Richard Oslisly, archéologue, va par la suite découvrir que ces grottes ont fait l’objet d’habitation et furent des lieux rituels à une époque préhistorique.

35 ans après les explorations de Gérard Delorme, Richard Oslisly reprend les explorations dans la région de Lastoursville. Avec le spéléologue Olivier Testa, en 2013, puis en 2015, une nouvelle campagne de prospection est lancée.

Lire l’article paru dans Spéléo Magazine en décembre 2013

Speleomag 84 Sous la jungle reste le mystère
Article sur les grottes de Lastoursville au Gabon.

Expédition Abanda 2010

En 2010, sur des rumeurs de crocodiles vivant dans des grottes au Gabon, un équipe de scientifiques menée par Richard Oslisly monte une expédition dans cette région reculée. Ils découvrent alors, au fond de gouffres, des crocodiles uniques au mondes, vivant isolés de l’extérieur.

Participants : Richard Oslisly, David Sebag, Thibaud Decaëns, Olivier Testa, Matt Shirley, Marco Marti, Rolf Mabicka.

Date : Août 2010

Expédition Abanda 2011

Suite de l’expédition de l’année précédente. Encore des crocodiles trouvés, et des résultats génétiques des plus intéressants

Gabon’d 007

Expédition spéléologique dans la région de Tchibanga, organisée par l’équipe française de l’EEGC se déroulant durant l’été 2007, à la recherche des grottes de la vallée de la Nyanga.

Une journée racontée à chaud : http://olivier.testa.free.fr/spip.p...

BHB36 - Speleological Projects 2007 and 2008 to Gabon (Central Africa)
This volume covers two expeditions to southern Gabon : a French trip to the Tchibanga area in 2007 as well as a US–German expedition to Lébamba in 2008. 6.5 km of cave passages were explored in 27 caves, including the new longest cave of Gabon — the Mbenaltembe Cave System at 2,380 m of length. Includes much more information on unexplored caves in Gabon.

Rapport d’expédition (double !) à acheter auprès de Michael Laumans (Speläoclub Berlin, BHB n°36) ou auprès de moi (15€)

Jusqu’alors, cette région du Gabon avait été rapidement prospectée pour des fins karstologiques ou archéologiques, mais jamais pour des fins
purement spéléologiques. Le contexte géologique régional est propice au développement de karsts : le synclinal de la Nyanga est majoritairement composé d’anciens calcaires et de marbres du protérozoïque, qui sont souvent dolomitiques.
Des buttes témoins, comprenant des galeries fossiles de tailles respectables, prouvent l’existence passée de réseaux spéléologiques d’importance et qui sont aujourd’hui en fin de vie. Par conséquent, les résultats de l’exploration se résument à la découverte de 8 grottes au développement modéré, entre quelques dizaines jusqu’à 150 mètres. Toutes sont fossiles et à un stade très avancé de leur vie ; 3 d’entre elles sont des groupements de « blocs » témoins très particuliers, se présentant comme des blocs de dolomie décamétriques dépourvus de couverture végétale, percés de galeries fossiles, et simplement « posés » sur la plaine.

Des perspectives spéléologiques intéressantes subsistent dans les régions au relief plus marqué, notamment à l’Ouest de la zone de prospection de Gabon’d 007 ; ces régions sont très reculées et quasiment inhabitées. La couverture végétale très dense, la faible démographie ainsi que les difficultés matérielles et parfois culturelles rencontrées nécessiteraient une expédition aux moyens plus conséquents